Il était une fois un roi qui voulait aller à la pêche.Il appela son météorologue et lui demanda l'évolution pour les heures suivantes.


Celui-ci le rassura en lui affirmant qu'il pouvait aller tranquillement à la pêche car il n'y avait pas de pluie prévue. Pour complaire à la reine il mit ses plus beaux atours.
Sur le chemin, il rencontra un paysan monté sur son âne qui en voyant le roi dit:

"Seigneur mieux vaut que vous rebroussiez chemin car il va beaucoup pleuvoir dans peu de temps".

Bien sûr, le roi continua en pensant: "Comment ce gueux peut-il mieux prévoir le temps que mon spécialiste diplômé grassement payé qui m'a indiqué le contraire ? "

Mais il se mit bientôt à pleuvoir à torrents. Le roi rentra trempé, la reine se moqua de le voir dans un si piteux état. Furieux, le roi revint au palais et congédia illico son météorologue, puis il convoqua le paysan, lui offrant le poste vacant.


Mais le paysan refusa en ces termes : " Seigneur, je ne suis pas celui qui comprend quelque chose dans ces affaires de météo et de climat, mais je sais que si les oreilles de mon âne sont baissées cela signifie qu'il va pleuvoir
Et le roi embaucha l'âne...


C'est ainsi que commença  en FRANCE  la coutume de recruter des ânes pour les postes de conseillers les mieux payés. C'est depuis ce moment, qu'il fut décidé de créer une école : l'E.N.A. (l’École Nationale des Ânes) dont nous pouvons mesurer tous les jours, les brillantes compétences de ses diplômés

 

C'est peut être à partir de ce conte que bernard MARIS avait découvert que les économistes on été inventés pour rendre les météorologues crédibles ?